Crypto vs Blockchain vs Crypto-monnaie vs DLT

Au-delà de la sémantique pure, les enjeux derrière l’utilisation des mots Crypto, Blockchain, Crypto-monnaie ou DLT sont souvent de nature politique.

La crypto désigne à la fois la crypto-monnaie mais aussi plus globalement la cryptographie. Aussi quand on utilise le terme crypto on peut faire référence soit à la crypto-monnaie soit à toute l’économie dite décentralisée.

Dans l’univers informatique, l’économie décentralisée englobe tout le business réalisé de pairs à pairs grâce à un système décentralisé et utilisant la pile de technologies s’appuyant sur la blockchain.

technology-stack-decentralized-systems

Les algorithmes de chiffrement cryptographiques en sont la pierre angulaire. Pas de cryptographie induit : pas de blockchain, pas de systèmes décentralisés et pas d’économie décentralisée.

Quand on parle de marché de la crypto on parle donc aussi bien du marché des crypto monnaies que de tous les acteurs liés à l’économie décentralisée : les app et DAPP, les systèmes de récompenses avec les tokens et les SmartContract, les protocoles, les réseaux…

En 2017 le terme crypto-monnaie a été banni au profit du mot blockchain dans certains milieux, la banque et la finance pour ne citer qu’eux.

C’est un peu comme si les vendeurs de bougies au début du XXè siècle avaient banni le terme éclairage électrique mais pas le terme électricité !

La technologie sous-jacente au bitcoin posséderait des vertus que n’aurait pas le Bitcoin lui-même. En fait l’un ne peut pas aller sans l’autre.

Le premier ‘cas d’application’ qui montre le mieux les valeurs et les caractéristiques de la technologie blockchain c’est bien le transfert de monnaie avec la crypto-monnaie : non censurable, transparent, ouvert, ultra-sécurisé, infalsifiable.

Une blockchain publique ou semi-publique à besoin d’un token pour fonctionner et pour rétribuer les acteurs du réseau qui garantissent l’intégrité des données. C’est inhérent à cette technologie.

Voici quelques exemples d’acteurs du monde la crypto. Vous y trouverez des blockchain, des protocoles, des app, des crypto-monnaie à part entière, des token utilitaires, des stablecoins, des blockchain publiques et des semi-publiques…

crypto

En 2018 le mauvais buzz autour des ICO et de la technologie blockchain qui y est associé aura eu raison des deux termes au profit cette fois-ci du mot DLT. Ce terme serait plus neutre ?!

Le terme DLT qui signifie Distributed Ledger Technology est un terme générique qui regroupe plusieurs technologies comme la Blockchain elle-même, mais aussi les DAG - Graphes Acycliques Dirigés (DAG) ou d’autres. C’est un terme chapeau.

dlt

En effet, depuis la naissance de la blockchain avec le Bitcoin en 2008, la technologie a évolué. Les dernières avancées utilisent d’autres protocoles, comme les DAG, qui ne ressemblent en rien à une chaîne de blocs de transactions. Les vertus sont les mêmes et les caractéristiques bien meilleures : c’en est fini de la consommation massive d’énergie et du minage, une scalabilité beaucoup plus importante, des frais de transactions drastiquement réduits, des temps de validation éclairs… On parle de troisième génération. (La deuxième concerne les capacités à gérer des SmartContrat).

Le terme DLT est né avec cette troisième génération de technologie pour pouvoir avoir un terme générique. Mais voilà, DLT est quand même moins ‘sexy’ que le terme blockchain, alors par commodité on continu d’utiliser Blockchain pour tout englober.

En fait, certains détracteurs de crypto essayent de restreindre le terme DLT aux blockchains totalement privées, qui sont d’un usage beaucoup plus restreint, et surtout qui sont très loin d’avoir les propriétés de la blockchain. Une DLT privée c’est avant tout une base de données distribuée avec ses inconvénients : censurable, opaque, fermée, et falsifiable.

Au-delà de la sémantique pure et des différences techniques réelles, on voit surtout que l’utilisation de ces termes dépend avant tout du contexte et d’enjeux politiques. Pour ma part j’utilise souvent le terme crypto qui englobe tout, quitte à perturber les anti-crypto-monnaies.


Notes et références