Start-up… blockchain

Les start-up, vous savez ces jeunes entreprises innovantes à fort potentiel de croissance, qui démarrent leur activité dans un garage, font inévitablement penser à la Silicon Valley avec des noms devenus mythiques comme Apple, Google, Facebook, Intel. Les start-up ont aussi fait parlé d’elles avec l’explosion de la bulle internet en 2000, en rappelant s’il était nécessaire, qu’une start-up n’est pas une petite entreprise mais une entreprise qui n’a pas encore trouvé son Business Model1. Aussi malgré quelques désenchantements, l’innovation et les entrepreneurs ne s’arrêtant pas par définition, les start-up sont revenues progressivement sur le devant de la scène mondiale, jusqu’à faire tourner les têtes depuis 2014. Pourquoi ? Elles sont de plus en plus nombreuses à conquérir des nouveaux marchés énormes, bien souvent avec des produits, des services et des Business Models disruptifs. C’est ce que montre le graphique ci-dessous avec les licornes, ces start-up dont la valorisation a dépassée 1 milliard de dollars. A noter que 2014 c’est aussi l’année du coup de pouce politique pour les start-up Françaises avec la FrenchTech.

Pourquoi ‘Licorne’ ? Surement parce qu’elles ne ressemblent à rien d’autre et qu’elles ont un côté un peu magique sur la société.

cb-insight-unicone

Club des licornes, sociétés privées valorisées plus de 1 milliard de dollars. CB-Insights

Comme on le voit, le temps s’accélère depuis 2014, comme si on commençait une nouvelle ère d’innovations.

Le graphique représente l’année où la valorisation des sociétés a atteint 1 milliard, ce qui veut dire qu’elles ont été créées bien souvent entre 5 et 7 ans avant : snapchat 2011, Wework 2008, stripe 2010, Cloudera 2008, Meizu 2008, Actifio 2009…

La crise financière de 2008 aurait-elle donné des ailes à l’innovation mondiale !?

Bitcoin, la première blockchain, est née aussi en 2008 ! La crypto-monnaie Bitcoin a donné naissance avec elle à un nouveau type d’innovation : les produits, les services et les business model basés sur la technologie blockchain. Après les start-up bio-tech, les start-up healthcare, les start-up food-tech… bienvenue aux start-up blockchain.

Les start-up blockchain poussent comme des champignons

A l’heure ou j’écris ces lignes, 41 start-up blockchain sont en cours de levée de fonds (ICO), 49 l’ont planifiée, et 124 l’ont déjà réalisée depuis janvier 2017 ! (Données partielles2). Les 124 levées de fonds réalisées en 2017 ont totalisées 1,5 Milliards de Dollars. Coinmarketcap.com référence plus de 1000 crypto-monnaies et actifs numériques cotées3, ce qui correspond peu ou prou au nombre de start-up opérant dans le domaine de la blockchain depuis 2008.

Plus fort encore, les premières licornes dans le domaine de la blockchain viennent d’apparaître. Les élues sont OmiseGO, une société située du côté du soleil levant (basée à Singapour, au Japon et en Thaïlande) créée en 2013 et financée initialement à hauteur de 20 M$ en Série A et B, et Qtum, une entreprise Chinoise (une fondation basée à Singapour plus exactement) créée en… mars 20164 (vive l’économie socialiste de marché ?!). Oui oui, vous avez bien lu, de zéro à un milliard de $ en 18 mois ! Je vous le disais, hallucinogène !

Nous sommes clairement en haut de la courbe du hype du Gartner, au niveau pic des espérances exagérées. Pour autant, et même si deux enseignants de Harvard 5 nous expliquent qu’il aura fallu 30 ans à TCP/IP pour remodeler l’économie autour d’internet et qu’il faudrait encore compter plusieurs dizaines d’années pour que la blockchain en fasse de même, il semble y avoir un consensus sur le fait que (1) cette technologie impact profondément la Société et (2) le train est en marche, à grande vitesse.

Alors d’où vient l’engouement pour cette nouvelle technologie ?

La technologie blockchain est une technologie qui rend possible d’autres innovations

Un peu comme l’invention de la roue qui a été le déclencheur en son temps de l’invention de la brouette, de la voiture, du vélo… Certains s’aventurent même à la comparer à l’invention de l’écriture ou encore à l’invention d’internet.

Comme le montre des exemples avec Blockstream, Everledger, Golem, Steem… le potentiel de certaines start-up blockchain est impressionnant, et rend parfois possible ce qui ne l’était pas avant l’arrivée de cette technologie. Cette technologie ouvre non seulement la voie vers de nouvelles innovations et offre de nouvelles opportunités de business en changeant la donne sur la répartition de la valeur créée.

:warning: Mais cela reste des start-up avant tout. Le taux de mortalité sera important. Il sera même très important : la technologie est jeune, le sujet est très technique, complexe, et encore mal maîtrisé comme le montre le naufrage ‘The DAO’ en juin 2016 et capitalisé alors à 150 M$.6 Ce qui est intéressant c’est que le marché de l’écosystème des crypto-monnaies et tokens a à peine ‘toussé’ dans les semaines qui ont suivi le piratage de The DAO et le vol des 50M$ par un inconnu7, comme si rien ne s’était passé. Il y a avait déjà eu plusieurs problèmes avant comme la faillite de la société de crypto-trading Américaine MtGox ou Bitcurex en Pologne. Mais rien ne semble arrêter la progression de cette technologie. C’est qu’un phénomène mondial est en train d’apparaître depuis mi 2017, avec la russie, la chine, la corée du sud et d’autres qui soutiennent les initiatives dans le domaine8.

La blockchain créée naturellement de la confiance, au travers de ses propriétés intrinsèques, et permet à des êtres humains de former des communautés bienveillantes à l’abris de la corruption, des lobbies et des fraudeurs.

crypto marketcap lourenco

L’effet ICO c’est quoi

Pour terminer cet article, un mot sur l’effet ICO. Pour rappel, une ICO (Initial Coin Offering) est un nouveau moyen de lever des fonds, né avec la 2ème génération de blockchain (Ethereum).

A la différence d’une IPO (Introduction en bourse), les participants à une ICO ne deviennent pas actionnaires de la société. Ils achètent une part des actifs numériques émis par la start-up, les fameux Tokens. Ces actifs sont immédiatements côtés sur le marché des crypto-monnaies. Les investisseurs peuvent donc soit les revendre sur le marché, soit les utiliser dans le cadre des services et produits que va réaliser la start-up (quand les produits et services en questions seront développés et disponibles sur le marché). Je reviendrais sur ce sujet plus en détail dans un autre article.

Le marché des ICO n’est pas (encore) réglementé, chacun fixe les règles qu’il souhaite et les processus sont plutôt rapides.

L’effet ICO c’est donc un effet de levier important pour les start-up blockchain :

  1. Le manque de réglementation qui simplifie drastiquement les démarches et évite la plupart des coûts des avocats.
  2. Les fondateurs ou actionnaires historiques ne font entrer personne au capital. Ils ne sont pas dilués.
  3. Les investisseurs sont directement intéressés par l’utilisation des actifs numériques (token) de la start-up et ne manquent pas d’en faire la promotion.

Voilà pourquoi les start-up blockchain poussent comme des champignons.


Notes et Références

:link: Capitalisation des crypto-monnaies
:link: Liste des tokens Ethereum

  1. Réf. The Family for entrepreneurs in Europe. 

  2. Source CryptoCompare.com. Données existantes seulement depuis 2016 et ne concernent que des tokens référencés sur leur site. 

  3. Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie, un token, un actif numérique ? 

  4. About Qtum

  5. The truth about blockchain. Harvard Business Review. 

  6. The DAO : post mortem

  7. The Ether Thief. A noter que les investigations pour retrouver le pirate se sont arrêtées en Suisse. Pour les superstitieux, la faille trouvée dans ‘The DAO’ se trouvait ligne 666 du code (le diable est dans les détails) ! A l’avenir pensez à mettre des commentaires aux lignes 666 de vos programmes. 

  8. Comment Poutine espère doubler Pékin sur le bitcoin